MGVELO
Le vélo en continu www.marcguillaumin.fr
guillaumin.marc@gmail.com
/
06.82.52.03.38

Questions à ... Gaëtan Pol

Aujourd'hui, MGVELO donne la parole à Gaëtan Pol pour un nouveau numéro de sa rubrique "Questions à ...". Le jeune montluçonnais s'est fait connaître du grand public durant une saison 2016 tout à fait exceptionnelle. Avec un maillot tricolore à l'appui. Le vététiste du club Horizon Montluçon a goûté à tout, et avec succès. Gaëtan Pol a enchaîné les bons résultats et souvent les succès. En 2017, il a idée de poursuivre dans cette bonne dynamique et avec envie et motivation. Gaëtan Pol nous parle de son parcours, de ses attentes, de son frère, et de son meilleur souvenir. Explications de l'intéressé.


Tu dois être satisfait de ta saison 2016 ?
Oui forcément, je ne m'attendais pas à faire ça même si j'y avais dans un coin de ma tête ! C'est un rêve de gosse qui s'est réalisé !

Route, chrono, tout terrain, tu es un cycliste complet ?
Oui, Je me teste aux différentes disciplines et l'exercice me plait et me réussit plutôt pas mal, après je garde quand même comme prédilection le VTT mais la route m'intéresse de plus en plus. J'ai testé le chrono cette année et j'ai été champion d'Allier, cela aura été une surprise pour moi ! 

Quels sont tes objectifs pour l'an prochain ?
Je change de catégorie en passant chez les espoirs , mais je garde en tête le championnat national de VTT où un top 5 serait bien. Evidemment, j'espère garder mes titres régionaux que ce soit en route ou VTT. 

Seras-tu dans le peloton FFC ?
Oui je reviens dans le peloton FFC pour la saison 2017 avec beaucoup d'envie et de motivation.

Comment es-tu venu au vélo ?
J'y suis venu grâce à mon frère Gregory. Je voyais qu'il était fort en Auvergne avec beaucoup de victoires et titres, il était parmi les vingt meilleurs français  et je me suis dit : " je veux être comme lui ".

Question habituelle: quel est ton meilleur souvenir de vélo ?
Bien évidemment mon titre de champion national ! C'est un souvenir qui reste gravé, un souvenir de toutes les souffrances lors des entraînements, et de voir ses parents et son frère pleurer pour toi c'est juste magique.


Photo Sarah Guillaumin
 

Questions à ... Quentin Bostvironnois

MGVELO propose un nouveau numéro de sa traditionnelle rubrique "Questions à ...". L'invité du jour est Quentin Bostvironnois. Ce jeune bourbonnais a bien commencé sa saison hivernale et le championnat régional est dans sa ligne de mire. Il aime le cyclo-cross mais il ne le privilégie pas par rapport à la pratique de la route. Fils de coureur, il a vite pris envie de monter sur le vélo et de goûter à la compétition. Aujourd'hui licencié à la Romya, Quentin Bosvironnois a de belles années devant lui. Et il a déjà aussi un souvenir poignant.  Explications de l'intéressé.
 

Ta saison hivernale s'annonce bien ?
Pour le moment très bien, car je ne pensais pas avoir ces résultats en junior1.

Quels sont tes objectifs pour les prochaines semaines ?
Le championnat Auvergne Rhône-Alpes  figure en tête de mes objectifs.

Le cyclo-cross est-il ta discipline préférée ?
Pour le moment, j'apprécie autant le cyclo cross que la route, faire un choix entre ces deux disciplines est pour moi impossible. Je trouve le cyclo-cross très ludique et j'adore l'ambiance  sur les courses.

Que représente pour toi la pratique sur route ?
La pratique de la route représente pour moi la plus grosse partie de ma saison .

Comment es-tu venu au vélo ?
Mon père pratiquait le vélo et j'ai très vite eu envie d'essayer .

Question habituelle: Quel est ton meilleur souvenir de vélo ?
Ma victoire à Panzoult en cadet 2 où  j'avais fait 65 km d'échappée en solitaire.
 

Questions à ... Guillaume Gerbaud

MGVELO propose un nouveau numéro de sa traditionnelle rubrique "Questions à ...". L'invité du jour est Guillaume Gerbaud. Celui que l'on appelle déjà "docteur" dans le peloton. Difficile de concilier son activité professionnelle et le vélo. Mais sa passion pour le cyclisme lui donne suffisamment de motivation pour être toujours à sa place en élite. Quatre victoires en 2016, ce nest pas rien tout de même ! " Rien de particulier à attendre, partager l'expérience avec les jeunes coéquipiers et gagner si c'est possible" nous dit Guillaume Gerbaud pour la saison 2017 qu'il va courir sous de nouvelles couleurs, celles de l'UV Limoges ! Explications de l'intéressé.


Que penses-tu du Boischaut Marche 2016 ?
Ce challenge est vraiment très bien organisé et il nous permet de rallonger un peu la saison de vélo. C’est une vraie opportunité de pouvoir courir près de chez nous et de plus avec un plateau encore plus relevé cette année en élite.

Quel bilan fais-tu de ta saison ?
J'ai fait une saison normale. J’ai gagné quatre courses, ce qui est assez plaisant. J’ai aussi fait de belles places en élite avec un bon niveau en début de saison, c’était sympa de retrouver des sensations à ce niveau. Cependant, je suis quand même nettement moins fort physiquement que par le passé. Mon travail me prend de plus en plus de temps, et malgré que je m’entraine moins, ce qui me manque le plus, c’est de récupérer !

Pas facile de concilier ton métier et le vélo ?
Non pas facile. Je me sens parfois relativement fatigué. Mais j’aime le sport et le vélo en particulier, ça permet de se dépenser et de prendre du plaisir.

Qu'attends-tu de 2017 ?
Je continue la compétition, quand je serai lassé ou dépassé, je m’arrêterai mais tant que le plaisir est là. J’aime aussi partagé mon expérience avec les jeunes coéquipiers, c’est agréable. Je n’attends donc rien de particulier si ce n’est d’avoir un niveau suffisant pour être présent sur les courses, aider mes coéquipiers et quand c’est possible gagner.

Tu seras toujours au VC Tulle ?
Non, l’équipe de DN3 de Tulle s’arrête. Je rejoins donc le club de l’UVL à Limoges. C’est un club familial qui a bien performé cette année, qui est proche de chez moi, et dont je connais la majorité des coureurs et des dirigeants. J’espère passer une bonne saison à leur coté
 

Questions à ... Guy, Elise, Lucie et Pauline Amartin

MGVELO présente aujourd'hui un "Questions à ..." un peu spécial et consacré à la famille Amartin. Guy et ses trois filles, Elise, Lucie et Pauline plus précisément. Tous des cyclistes ! Guy Amartin a porté les couleurs du Club Cycliste de Chateaumeillant à l'époque où Robert Peyrot et son épouse étaient aux commandes. Il a su transmettre sa passion. Il est aujourd'hui éducateur et toujours licencié. Elise, Lucie et Pauline portent les couleurs de la formation de division nationale 2 du Cercle Gambetta Orléans Loiret après avoir débuté au club d'Indre Vélo Passion de Châteauroux. MGVELO propose donc de donner un coup de projecteur sur ces quatre passionnés de vélo !
 
 
Guy Amartin a pratiqué le vélo en ffc durant une dizaine d'années. Il a longtemps été en deuxième catégorie, accédant même à la catégorie supérieure. Originaire de Sainte-Sévère dans l'Indre, il a couru pour le Club Cycliste de Chateaumeillant et il s'est forgé un joli palmarès avec une trentaine de victoires à son actif. Quand sa fille aînée a débuté le vélo en école de cyclisme, il a passé ses diplômes pour devenir éducateur pour le club castelroussin, fonction qu'il remplit toujours aujourd'hui.
 
ELISE LUCIE PAULINE
Elise, Lucie et Pauline ont suivi la trace de leur père. Elles nous donnent les raisons pour lesquelles on les retrouve aujourd'hui elles aussi dans le peloton. Explications !
 
Elise: "J'ai commencé le vélo en 2007 à l'âge de douze ans. Notre père avait un copain qui venait de créer son club à Châteauroux. Il voulait avoir des féminines dans l'effectif. Pauline et Lucie n'étaient pas du tout motivées mais moi je voulais essayer. Cela m'a plu et j'ai donc commencé les compétitions. Lucie et Pauline venaient m'encourager".
Lucie: "Au fur et à mesure de voir Elise courir, ça m'a donné envie d'essayer aussi. L'année suivante, j'ai donc commencé le vélo à mon tour".
Pauline: "Ma volonté de faire du vélo est venue à 17 ans à peu près. A force d'aller voir mes soeurs sur les courses, ça m'a donné envie. J'ai donc commencé par aller aux entraînements avec elles, puis un peu plus tard, j'ai commencé la compétition. En junior 1. Cela n'a pas été facile car dans les courses juniors-seniors, il y a différents niveaux, de pass'cyclisme à première catégorie voire élite parfois".
 
Et quand on leur demande pourquoi elles ont choisi de faire de la compétition, les trois répondent la même chose: "La compétition permet de rencontrer de nouvelles personnes et de voir de nombreux endroits de la région et même dans toute la France aussi. Elle permet de se donner des objectifs à atteindre et apporte donc une grande motivation à s'entraîner. Elle permet aussi de se mesurer aux autres. Mais l'important pour nous reste de progresser tout en se faisant plaisir !"
 
Chacune d'entre elles meuble petit à petit son palmarès et les victoires s'inscrivent ! Pour la saison prochaine, l'objectif est de continuer à progresser, de continuer à faire des courses avec leur équipe de DN2 et aussi de marquer des points en Coupe de France. Elise et Lucie ont 21 ans, Pauline a 24 ans ... et elles ont toutes de belles années devant elles pour rouler et engranger les bons résultats ... sous l'oeil attentif et intéressé de Guy !
 

Questions à ... Sylvain Georges

MGVELO propose un nouveau numéro de sa traditionnelle rubrique "Questions à ...". Sylvain Georges est l'invité. Le cycliste auvergnat a décidé de mettre un terme à sa carrière. C'était le 19 octobre dernier à Saint-Amand-Montrond pour la finale du challenge Boischaut Marche. On ne le reverra plus en compétition mais on continuera à le voir sur son vélo.

AVEC NICOLAS ROUX
"Pour me faire plaisir avec mes amis durant le week-end" nous dit-il. Sylvain Georges vient de passer deux belles années au sein du Team Pro Immo Nicolas Roux mais sa collaboration avec le principal sponsor du club phare auvergnat n'est pas terminé. Reconversion oblige. Coté souvenir, Sylvain Georges revient sur un moment incroyable en Californie, pourtant lourd à porter coté familial. Explications de l'intéressé qui a toujours répondu favorablement et avec beaucoup de sympathie aux interviews de MGVELO !


La décision est definitive: tu raccroches ?
Oui je raccroche, mais je raccroche uniquement les compétions en élite. Je vais continuer à rouler et me faire plaisir avec mes amis sur le vélo les week-ends.
 
Que vas tu faire maintenant ?
Je vais travailler avec Nicolas Roux dans la promotion immobilière.
 
Que penses tu de tes années au Team Pro Immo Nicolas Roux ?
J’ai passé deux années merveilleuses où j’ai pris autant de plaisir sur le vélo qu’en dehors. Il est toujours plus facile de prendre du plaisir quand le groupe pèse sur la course grâce à la complicité de chacun. L’ambiance etait collégiale mais serieuse sur le vélo où nous devions donner le meilleur de nous même.
 
As tu des regrets concernant ta carrière ?
Qui ne connait pas de regrets dans sa vie ? Le regret appartient au passé mais en le regardant différemment il nous apprend à faire les choses autrement. Il m’a permis de me reconstruire malgré tout et aujourd’hui je ne ressens plus cette souffrance d’avoir tout perdu. Il a fallu se reconstruire, rebâtir des fondations solides qui m’ont permis de repartir de l’avant et de ne plus regarder dans le rétroviseur.
 
Et quel est ton meilleur souvenir de toutes ces années de cycliste ?
Mon meilleur souvenir restera ma victoire sur le Tour de Californie. Un moment incroyable que me donne encore des frissons aujourd’hui quand on me rappelle ce souvenir. Cette victoire était le résultat d’un combat que je menais pour motiver ma maman à se battre contre la maladie. Malheureusement elle est décédée quelques semaines plus tard. C’est pourquoi cette victoire restera à jamais un merveilleux souvenir sportif mais qui restera à jamais lourd à porter avec le décès de maman.
 
Photo MGVELO
 

Questions à ... Thomas Girard

MGVELO continue son tour du peloton. Avec Thomas Girard à la Une pour un nouveau numéro de "Questions à ...". Le coureur ardéchois de la région montluçonnaise évolue sous les couleurs de Creuse Oxygène, un club qui a atteint son objectif d'accession en division nationale 1. Thomas Girard a apporté sa contribution lors des manches de Coupe de France même s'il a vécu une année un peu difficile sur le plan personnel. La faute a une chute à mi-janvier !

DIFFERENTE
Tout va bien nous dit-il. Il est déjà motivé et impatient pour 2017 ... mais sa saison sera différente afin de mettre en application un projet sportif important pour son avenir. On le verra dans les sous-bois car un hiver sans compétition, c'est long. Explications de l'intéressé.


Quel bilan fais-tu de ta saison ?
C'est une saison mitigée. Les premiers mois ont été difficiles suite à ma fracture de la clavicule mi-janvier. Ma préparation hivernale a été tronquée et j'ai ressenti cet handicap tout au long de la saison. Heureusement, j'ai tout de même performé en Coupe de France et très bien fini la saison.
 
En Coupe de France de DN2, est-ce le résultat espéré au niveau du club ?
Nous avons fait une belle saison en Coupe de France. Nous avons tout simplement été battus par plus forts. L'équipe a été soudée et n'a rien lâché jusqu'à la dernière manche. L'objectif était la montée en DN1 et il a été réalisé. C'est une vraie satisfaction pour toute l'équipe.
 
Comment vas-tu aborder 2017 ?
2017 va être une année différente pour moi car je suis en formation diplôme d'état. C'est un projet que j'avais en arrivant à Creuse Oxygène et je remercie le club pour son soutien. J'aurai donc un programme un peu plus léger. Il sera difficile d'être aussi performant mais c'est important pour mon avenir. Je ne suis pas inquiet pour l'equipe, même si elle va évoluer à un niveau supérieur. Le club a fait un recrutement de qualité et je suis impatient de voir le groupe à l'oeuvre.
 
Cyclo-cross ou repos complet cet automne ?
Je penses faire quelques cyclo-cross en préparation hivernale car je trouve très long de passer tout un hiver sans courir mais aussi car j'adore cette discipline.
 
Si tu ne devais retenir qu'une seule chose de 2016, ce serait quoi sur le plan du vélo ?
Le parcours de l'équipe en Coupe de France et surtout le fait de voir grandir et progresser le club chaque année. C'est grisant et motivant de voir que tous les coureurs et le staff sont investis toute la saison. Nous sommes dans les meilleures conditions et même dans les moments difficiles, je prends du plaisir en course et à l'entraînement. C'est une chance.
 

Questions à ... Samuel Plouhinec

MGVELO propose un nouveau numéro de "Questions à ...". Aujourd'hui, l'invité impose le respect. Samuel Plouhinec est celui-ci. Le leader du Team Peltrax au liseré bleu-blanc-rouge sur son maillot fait une remarquable carrière. Certes, il y a eu des embûches mais il a su s'en remettre, rebondir, revenir et s'imposer. Samuel Plouhinec a connu le peloton professionnel et de nombreuses années dans le top de l'élite amateur. Et aujourd'hui encore ! Avec une nouvelle et récente victoire la semaine dernière à Vesdun. Un exemple pour tout cycliste ! 

2017 LA DER !
2017 sera sa dernière saison mais il s'est fixé des objectifs. Samuel Plouhinec sait déjà ce qu'il va faire au moment de sa reconversion. Il nous le dit et il nous cite aussi quelques noms de coureurs qu'il a côtoyés. Des grands noms assurément. Explications de l'intéressé avant de le retrouver demain au prix des foires d'Orval.


Quel bilan fais-tu de ta saison ?
Un bilan positif, malgré une période de deux mois sans courir suite à des douleurs au genou, j’ai réussi à gagner de nombreuses courses en particulier depuis mi-aout.

C'est décidé, encore une année dans le peloton ?
En effet, après 29 ans passés au sein des  pelotons, j’ai décidé de mettre un terme à ma carrière sportive. Je continuerai à pratiquer le cyclisme mais plus de compétitions à haut niveau.

Quels sont tes objectifs pour la der ?
J’aurai deux objectifs, le Contre la Montre et la course en ligne des Championnats du Monde Masters qui se dérouleront à Albi.

As-tu une idée de ton après-vélo ?
J’ai actuellement plusieurs projets dans l’immobilier et je continuerai dans cette voie à la fin de ma carrière. Concernant le cyclisme, peut-être que j’occuperai un poste au sein de mon club "Le Team Peltrax ».

Durant ta carrière, quels sont les meilleurs coureurs que tu as côtoyés ?
Franck Vandenbroucke est certainement le coureur que j’ai côtoyé (au sein de l’équipe Cofidis) qui avait le plus de talent. Je m’entrainais régulièrement avec Laurent Brochard, autre coureur très talentueux. J’ai également couru avec Lance Armstrong, Laurent Jalabert, Marco Pantani, des grands noms du cyclisme.
 

Questions à ... Thomas Acosta !

MGVELO consacre sa rubrique "Questions à ... " à un jeune coureur de la Dordogne, Thomas Acosta en l'occurrence. Licencié au club de Mussidan, il sera en première catégorie et courra pour le Team Périgord 24 en 2017. Il est venu se frotter à l'élite à l'occasion du challenge du Boischaut Marche, une épreuve qu'il découvre. A 19 ans, il est très motivé et déjà sous pression pour la suite nous dit-il. Thomas Acosta nous explique comment il est venu au vélo et tradition oblige ici, quel est son meilleur souvenir. Explications de l'intéressé.

 
Que penses tu du challenge Boischaut Marche ?
Le Challenge est une épreuve qui regroupe un gros plateau de coureurs et est donc très intéressant pour progresser et prendre du coffre, surtout quand on est jeune. De plus, les circuits sont intéressants et exigeants, ça fait aussi plaisir de voir du public sur le bord des routes. En Dordogne, les spectateurs se font de plus en plus rares.
 
Quel bilan fais-tu de ta saison ?
Pour ma première année senior, j'ai un bilan mitigé. J'ai eu un début d'année compliqué qui m'a obligé à une remise en question et m'a ralenti dans mes objectifs. Mais la deuxième partie de saison s'est beaucoup mieux passée, j'ai repris la pente montante, changé mes méthodes d'entrainement avec l'encadrement de Laurent Mazeau et enchaîné plusieurs tours (Dordogne, Sport Breizh et Mareuil et Verteillac) qui m'ont fait beaucoup de bien et permis de débloquer le compteur de victoires par la suite.
 
Comment vas-tu aborder 2017 ?
J'aborde la saison 2017 avec un peu de pression, je serai en 1ère. Le Team Périgord 24 me fait confiance et compte sur moi pour assurer un rôle plus important..J'aborderai donc la saison 2017 avec une plus grosse préparation afin d'être d'entrée à la hauteur de mes objectifs et de remplir les attentes de mon entourage. J'espère aussi que mon président de club du SA Mussidan va vite se remettre de ses soucis de santé.
 
Comment es-tu venu au vélo ? 
Je suis venu au vélo grâce à la passion du cyclisme de mon grand-père. J'ai donc commencé dans un petit club, le Vélo-Club Buguois qui a malheureusement disparu.
 
Quel est ton meilleur souvenir de vélo ? 
Pour moi, c'est la 5ème place au critérium de Castillon-La-Bataille avec les pros, pas tant pour le résultat pas forcément significatif mais surtout pour l'émotion que cela a suscité pour ma famille et mes proches.
 
Photo MGVELO
 

Questions à ... Pierre Bonnet

MGVELO donne la parole aujourd'hui à Pierre Bonnet. Le coureur du Team Pro Immo Nicolas Roux  est le leader incontesté du Challenge Boischaut Marche qu'il est assuré de remporter avant la finale de mercredi. Pierre Bonnet a eu un début de saison plus que difficile mais en ce moment, il roule très fort. Comme tout le Team auvergnat. "J'espère vivre une saison 2017 pleine, pour changer" nous dit le coureur cantalien qui se sent bien en élite. Coté souvenirs, il y en a bien un qui ressort mais le vélo lui apporte beaucoup. Explications de l'intéressé.

Le Boischaut Marche 2016, c'est gagné ?
Oui, le challenge est gagné. Cela libère la pression pour la finale de mercredi à Saint-Amand-Montrond pour le prix des Foires d'Orval.

2016, encore une belle année ?
Oui, c'est une bonne saison malgré un début catastrophique. Je suis néanmoins aujourd'hui à six victoires et vingt podiums.

Comment vas-tu aborder la prochaine saison ?
Pour la saison prochaine, je suis vraiment motivé pour enfin faire une saison pleine avec encore une belle équipe du Team Pro Immo Nicolas Roux.

Evoluer chez les professionnels: un rêve, un espoir ou pas d'intérêt ?
Evoluer chez les professionnels restera un rêve, je n'ai tout simplement pas le niveau. Donc, cela restera un rêve. Il vaut mieux se faire plaisir chez les amateurs que de subir toute l'année chez les professionnels.

Question habituelle: quel est ton meilleur souvenir de vélo ?
Je n'ai pas de meilleurs souvenirs en particulier si ce n'est un podium au championnat de France. Sinon, ce sont les rigolades avec les copains, le fait de se faire de nouveaux amis et de voyager, et tout ça, grâce au vélo !
 

Questions à ... Stéphane Duguenet

MGVELO donne la parole aujourd'hui à Stéphane Duguenet. Le sociétaire du Guidon Chalettois est un habitué du Challenge Boischaut Marche, épreuve qui fait l'actualité en cette fin de saison. "Quand j'ai appris qu"il passait en élite, j'étais content" nous dit-il. Quatre victoires et une grosse chute marqueront son année 2016. Stéphane Duguenet nous dit ce qu'il attend de la prochaine saison. Tout petit, les numéros de son oncle l'ont amené vers le vélo, un vélo qui lui a permis de participer à un championnat du monde, ce qui n'est pas permis à tout le monde. Explications de l'intéressé.

Que penses-tu du Challenge Boischaut Marche, formule élite ?
Le Challenge du Boischaut Marche, je le connais depuis des années et quand j'ai appris qu'il passait en élite, c'est vrai que j'étais content. Cela rajoute du niveau à la course, points ffc, challenge Direct Vélo ... Et malgré un peloton pas trop étoffé, il y a cependant beaucoup de qualités avec des pros et les meilleurs amateurs. Samuel Plouhinec, Pierre Bonnet, Sébastien Fournet-Fayard ou encore mon coéquipier Ronan Racault, c'est de la référence dans le monde du vélo !

Quel bilan fais-tu de ta saison ?
Le bilan de ma saison est en demi-teinte. Quatre victoires mais aussi une grosse chute sur Paris-Chauny, ce qui m'a écarté des pelotons pendant trois semaines et privé d'une manche de Coupe de France de DN1.

Auras-tu des objectifs précis pour 2017 ?
Je n'ai pas d'objectifs particuliers. Je fais du vélo pour le plaisir et je dois composer avec le travail.

Comment es-tu venu au vélo ?
Je suis venu au vélo grâce à mon oncle. J'étais tout gamin. On allait le voir sur les courses en troisième catégorie. Il gagnait en faisant des numéros en solitaire. J'avais l'impression qu'il volait (mdr) !

Question habituelle: quel est ton meilleur souvenir de vélo ?
Mon meilleur souvenir sur un vélo restera ma sélection pour le championnat du monde sur piste en 2009 et ma cinquième place sur l'épreuve à l'américaine.


Photo MGVELO
 

Questions à ... Laurine Philippe

MGVELO poursuit sa série des "Questions à ...". Ce vendredi, l'invitée est féminine, Laurine Philippe en l'occurrence. Elle n'est pas une cycliste à proprement dit mais une passionnée de vélo. Sur les courses depuis toute jeune car née dans une grande famille de cyclistes. Aujourd'hui, elle ne conçoit pas un week-end sans vélo ni photo. Car, elle a entrepris de réaliser à chaque fois des reportages ! Pas de préférence en général sur les acteurs mais un petit penchant tout de même pour certains. Les victoires de son frère sont des bons souvenirs mais Laurine Philippe a su se faire une place dans le peloton, ou du moins toute proche du celui-ci. Explications de l'intéressée !


D'où vient cette passion pour le vélo ?
Cette passion me vient depuis toute petite. En effet, j'étais sur les courses depuis mon plus jeune âge (3 mois), pour suivre mon père, mes oncles, mes cousins et ensuite mon frère.
 
Pourquoi tu n'as pas fait de compétition ?
J'ai pratiqué différents sports en compétition mais pas le cyclisme, seulement pour le loisir.
 
La photo, c'est une passion aussi ?
C'est une passion aussi qui m'est venue en allant sur les courses de vélo. Au début, c'était pour prendre en photo ma famille. Et puis, au fil du temps, cela s'est élargi au peloton entier et dans toutes les catégories. Et souvent certains coureurs attendent mes photos donc, que du plaisir !

Combien de jours par an, passes-tu sur les courses ?
Au cours de la saison route, je suis presque tous les week-ends sur les courses. Et bien-sûr, les cyclo-cross l'hiver.

Chez les pros, quels sont tes coureurs préférés ?
Je n'ai pas de préférence, mais j'apprécie Julien Bernard, Julian Alaphilippe, qui sont de la région. Peter Sagan pour sa bonne humeur et chez les féminines Pauline Ferrand-Prévot.

Et chez les amateurs ?
Je supporte en priorité ma famille, mais je n'ai pas de préférence en général.

Question habituelle: Quel est ton meilleur souvenir de vélo ?
J'ai plusieurs souvenirs. Déjà les victoires de mon frère, celle de mes cousins aussi. Et tous les week-ends sont des souvenirs car je ne conçois pas un week-end sans vélo !

Photo Laurine Philippe
 

Questions à ... Axel Habert

MGVELO donne la parole à un jeune coureur pour sa traditionnelle "Questions à ...". Axel Habert est donc l'invité du jour. Ce jeune nivernais est junior 2. Il s'apprête à se frotter à la catégorie élite et il s'y prépare méthodiquement. Sur les routes du Boischaut Marche pour l'instant et, ensuite, l'été prochain probablement. Licencié au Guidon Chalettois, Axel Habert dresse aussi le bilan de sa saison.
"Ma place c'est pas encore faite mais j'espère que cela viendra" nous dit-il quand on lui demande s'il trouve sa place dans cette grande et talentueuse famille du cyclisme qui est la sienne. Aux cotés de Mariano son grand-père et de Miguel et Yannick ses oncles, il y a effectivement de la concurrence ... mais aussi des conseils à prendre ! Explications de l'intéressé.

 
 
Quel est ton objectif sur le Challenge Boischaut-Marche ?
Mon objectif sur le challenge du Boischaut-Marche est de bien figurer ainsi que de prendre du plaisir à courir. Si mes résultats sont bons, je serais sur un pas de confiance pour la saison prochaine.
 
Quel bilan fais-tu pour l'instant de ta saison ?
Mon bilan pour cette saison 2016 n'est pas à la hauteur de mes attentes. J'ai bien figuré sur des courses en première catégorie pendant la saison, mais peu de résultats sur les courses juniors (coupe de France, championnat...). J'ai également obtenu deux victoires, cette saison alors que la saison dernière (junior 1), j'en ai comptabilisé neuf dont un classement général sur une 23J (Tour de la communauté de communes entre Somme-et-Loire). Cette année est donc quelque peu décevante !
 
Comment vois-tu ta saison 2017 ?
Pour ma prochaine saison, je ne sais pas trop. Entre mes études en bts qui prennent pas mal de temps et le vélo qui va m'en demander davantage, j’espère pouvoir allier les deux malgré tout, et découvrir la catégorie espoir de la meilleure des manières. Je pense débuter la saison prochaine en deuxième catégorie pour courir en début de saison sans grosse préparation et ensuite en première pendant les grandes vacances de juillet
 
Trouves-tu ta place dans ta famille de grands cyclistes ?
Oui je pense. Jai la chance d'avoir mes deux oncles (Miguel et Yannick Martinez) proches de moi, ils me font profiter de leur expérience pour que je m'enrichisse davantage. Mais aussi Mariano (Martinez) qui suit encore beaucoup l'actualité du vélo. Il me conseille souvent, ce qui m'aide à savoir ce que je dois faire en course. Mes parents m'aident également beaucoup, ils me soutiennent financièrement et moralement tout au long de la saison. Ma place n'est pas encore faite mais j'espère que cela viendra.
 
Question habituelle: quel est ton meilleur souvenir de vélo ?
Mon meilleur souvenir de vélo est ma participation au grand prix de Montpinchon (nationale junior). J'étais engagé avec la Région Centre, je me suis retrouvé avec mon coéquipier de club Maxime Le Tiec dans l'échappée qui est allée au bout. Il pleuvait à plein temps mais j'aime ce genre de course. Et même si la victoire n'y était pas, j'ai passé une superbe journée avec l'équipe !
 

Questions à ... Maxime Roger

 MGVELO tend son micro à Maxime Roger aujourd'hui. Le coureur du Team Pro Immo Nicolas Roux finit très fort sa saison. Très en vue sur la Jean-Patrick Dubuisson où il laisse s'envoler la victoire dans les tout derniers kilomètres après une grosse performance le samedi et une victoire probante dans le chrono individuel. Et ensuite, en gagnant la finale de la Coupe de France des clubs de DN 1 à Blangy-sur-Bresle. L'ancien vététiste a vite appris sur la route. Maxime Roger veut  franchir un palier et être aussi plus régulier. La saison 2017 sera différente, pour plusieurs raisons d'ailleurs. Explications de l'intéressé !


On dirait que Maxime Roger marche très fort en ce moment ?
Peut-être pas très fort mais depuis début le mois d'août, je retrouve des sensations. Et mon niveau, ce qui n'était pas le cas en début de saison avec les contraintes scolaires entre autres.

Peux-tu revenir sur ta victoire à Blangy-sur-Bresle ?
Blangy c'était un de mes derniers grands objectifs de la saison. La pluie ne m'a pas démotivé contrairement à l'habitude. J'ai fait pas mal d'efforts, je voulais vraiment être devant pour le final. A 7 km de l'arrivée, on est sorti avec Pierre (Bonnet) alors que les coureurs du VC Pays de Loudéac faisaient le tempo. On n'a pas réfléchi et on a tout donné. Dans le final jai viré plus rapidement que lui et on a fait le doublé.

Qu'est-ce qui t'a manqué à la Jean-Patrick Dubuisson ?
J'ai tout simplement été battu par un collectif roannais plus fort que nous !  Je me suis retrouvé isolé assez tôt. Et malgré les efforts de mes équipiers, Geoffrey Bouchard et Julien Trarieux ont pris le dessus.

Comment vois-tu ta saison 2017 ?
Je ne sais pas trop encore. J'ai envie de franchir un palier. De vraiment profiter de ma dernière saison  en espoirs. Et d'être plus régulier à un haut niveau. Concernant le contre la montre, je mettrai tout en œuvre pour faire le meilleur résultat possible aux championnats de France de l'Avenir. (Il sera au Chambéry Cyclisme Formation en 2017)

Question habituelle: quel est ton meilleur souvenir de vélo ?
Il y en a plusieurs ! Ce week-end par exemple avec le doublé. C'était magnifique  Mais d'autres moments aussi comme le week-end précédent avec Sylvain Georges un ex-professionnel qui se dévoue complètement pour m'aider à conserver le maillot de leader.
 

Questions à ... Florian Martin

MGVELO propose un nouveau numéro de sa rubrique "Questions à ...". L'invité est Florian Martin. Ce jeune Montluçonnais a engrangé trois succès en troisième catégorie cette saison. Il s'est en effet imposé au prix de la Rosière à Montferrand, lors de la huitième et dernière manche du Triangle Sud Berry à Saint-Gilles et ensuite à Ardentes. Une belle surprise pour cet adepte du cyclo-cross avant tout qui fait de la route par obligation. Florian Martin a participé le week-end dernier à la Jean-Patrick Dubuisson avec un objectif raisonnable qu'il a atteint. " L'an prochain, ce ne sera pas la même " nous dit-il. "Je serai en deuxième catégorie et ensuite, en élite, pour la saison hivernale". Mais, d'ici-là, il y a une campagne dans les sous-bois à faire. A fond, par plaisir et avec motivation ! Explications de l'intéressé.

Tu réalises une belle saison. Est-ce que tu t'attendais à ça ?
Je réalise la meilleure saison depuis que j'ai commencé le vélo. En effet, je ne m'attendais absolument pas à faire ceci. La saison dernière, je n'ai fait que la saison de cyclo cross et je n'ai quasiment pas roulé de janvier à septembre; du coup au début de l'année, je n'avais pas de forces, puis en m'entraînant, c'est venu.  

Que penses-tu de ta prestation à la Jean-Patrick Dubuisson ?
Je me suis surpris moi-même ! Je ne participe quasiment jamais à des courses première catégorie car je n'ai jamais eu le niveau pour suivre. J'ai voulu y participer pour prendre de l'expérience et me préparer pour la saison de cyclo-cross. Finir le premier jour était mon objectif car la distance et le rythme ne sont pas les mêmes qu'en troisième catégorie. Le lendemain, je savais que je ne passerai pas. 

Comment vois-tu ta saison 2017 ?
Pour la saison prochaine, je serai en deuxième catégorie. Je ne me projette pas encore à l'an prochain car depuis que je suis en juniors, je reprends les courses sur route qu'il y a ici dans le centre de la France, en participant à plusieurs courses en ligne en troisième catégorie. Donc je ne pourrai plus y participer  ... et avant il y a la saison de cyclo-cross. 

Quelle course aimerais-tu gagner ?
Il n'y a pas vraiment de course particulière que je veux gagner si ce n'est un cyclo-cross ... au moins une fois un jour. 

Cyclo-cross ou pas cet hiver ?
Bien sûr que oui !, J'affectionne énormément cette discipline. S'il y avait des cyclo-cross tout au long d'une saison, je ne ferais pas de route. Je fais de la route pour me préparer au mieux pour les cross. J'ai coupé en juin pour être fin prêt à l'automne. Maintenant, il n'y a plus qu'à ... Cependant, je reprends plus tard cette année car les cyclo-cross du début ne sont plus organisés. J'avais pour habitude de courir à Limoges les deux derniers week-ends de septembre. Je vais donc reprendre à Ambert puis la semaine suivante, en Coupe de France à Gervans. Je vais en profiter pleinement car c'est ma dernière année en espoirs, et après en élite, ce ne sera pas la même chose !

Photo MGVELO
 

Questions à ... Alna Burato

A nouveau place aux dames sur MGVELO. L'invitée du jour est Alna Burato pour la traditionnelle rubrique "Questions à ...". Licenciée au CM Aubervilliers 93, elle a levé les bras à deux reprises déjà cette saison. Et pourtant, l'année avait bien mal commencé. Alna Burato dresse un premier bilan, "plutôt positif" nous dit-elle. Elle annonce ses prochains objectifs et nous livre son meilleur souvenir de vélo. Alna Burato a commencé le cyclisme à l'âge de 13 ans au VC Ambarrois, presque sur un coup de dé peut-on dire. Et depuis, elle est restée fidèle à la petite reine même si c'n'est pas facile de concilier vélo et boulot. Explications de la sympathique invitée du jour.


Quel bilan fais-tu pour l'instant de ta saison 2016 ?
Plutôt positif pour cette saison. Elle avait mal commencé puisque j'étais blessée à l'épaule depuis le mois de janvier. Je n'ai recouru que mi-avril. Mais au final, j'ai gagné le championnat d'île de France sur route et je termine dixième à la manche de Coupe de France au Tour de Haute-Saintonge. J'ai également gagné sur une course régionale à Douai et j'ai auss d'autres places d honneur.

Quels sont tes prochains objectifs ?
Mes prochains objectifs sont les championnats de France et d'Europe master de cyclo cross.

Concilier travail et vélo, ce n'est pas facile ?
Non ce n'est pas facile du tout. Je suis professeure documentaliste, donc pas facile d'aller rouler le soir après avoir travaillé 7 heures avec des élèves.  Heureusement, il y a les vacances scolaires.

MGVELO Club Cycliste a pour projet de créer une équipe féminine. Qu'en penses-tu ?
C'est un beau projet. Il faut développer le cyclisme féminin.

Comment es-tu venue au vélo ?
J'ai décidé de faire du vélo à l'âge de 13 ans parce que je ne savais pas quel sport pratiquer à la rentrée .. et je n'en suis plus jamais descendu !

Question habituelle: quel est ton meilleur souvenir de vélo ?
Mon meilleur souvenir est mon titre de championne de France espoir du contre-la-montre en 2005

Photo: Alna Burato
 

Questions à ... François Vernet

François Vernet est l'invité du jour de MGVELO pour un nouveau numéro de "Questions à ...". Le coureur d'Issoire Cyclisme Compétition a déjà quatre victoires à son compteur et une remontée en première catégorie. Concilier vélo et boulot n'est pas facile et cela se corse quand il y a du changment au niveau professionnel. Mais quand on aime le vélo passionnément, on s'adapte. C'est en tout cas ce que François Vernet a l'intention de faire. Il nous donne son programme de fin de saison et nous livre, tradition oblige, son meilleur souvenir. "Un souvenir parmi tant d'autres, la question n'est pas facile" nous dit-il. Au passage, il en profite pour passer un message de remerciements. Explications de l'intéressé.


Des victoires et un retour en première catégorie ?
Oui cette année est vraiment réussie pour moi avec quatre victoires en deuxième catégorie dont un classement général d'une course par étapes. Je vois deux raisons principales à cette réussite. Tout d'abord parce que l'équipe a été très forte, les nouveaux se sont très bien intégrés et dès les premières courses, on a ressenti une bonne cohésion. Et puis cette année, j'ai eu l'occasion de bien m'entraîner cet hiver, avec les entraînements des week-ends organisés par nos encadrants et qui réunissent régulièrement quarante cyclistes. Et puis, le fait de pouvoir partir en stage pendant une semaine avec l'équipe et 53x12. Du coup, je suis arrivé en forme tôt dans la saison, ce qui m'a permis de m'imposer à Domérat (Le Cros) et d'être en confiance pour la suite. Ensuite, il y a eu cette chance pour notre équipe et pour moi de prendre part au Tour national du Maroc, ma première course d'une durée aussi longue qui a été idéale pour passer un palier et obtenir une super condition pour le reste de la saison.

On est bientôt à la fin-août, et tu t'es accordé une petite pause ?
Oui, j'ai beaucoup couru cette saison et j'avais besoin de faire une coupure. A cela s'est ajouté un changement sur le plan professionnel puisque suite à la restructuration du site Michelin de la Combaude, j'ai accepté de partir travailler temporairement à Tours. Le temps de reprendre mes marques là-bas, je n'ai plus fait de compétition depuis le Tour d'Auvergne. 

Comment vois-tu ta fin de saison ?
Ca risque d'être compliqué pour moi, j'ai quand même continué de m'entraîner après ma coupure. J'espère pouvoir me réaligner prochainement sur des courses. Il y aura la Jean-Patrick Dubuisson et le Circuit des Boulevards à Issoire, des courses qui arrivent bientôt et qui me tiennent à coeur. Je manquerai probablement de rythme mais je prendrai le départ.

Seras-tu sur les routes du Boischaut-Marche ?
Les manches de ce Challenge me plaisent beaucoup. Malheureusement, il m'est impossible de participer à celles qui sont en semaine car je travaille. Pour les autres, il y a de fortes chances que j'y sois.

SE MOTIVER POUR PARTIR ROULER AVEC LES LUMIERES

Pas facile de concilier travail et vélo ?
Non, ce n'est jamais facile de concilier les deux. Tous ceux qui sont dans ce cas-là peuvent en parler. La récupération n'est pas la même que pour les coureurs qui peuvent se consacrer uniquement au vélo. Et puis c'est compliqué pour moi de m'entraîner l'hiver car je termine la journée de travail vers 17 heures 30 au plus tôt. Heureusement, cette année, on etait plusieurs dans ce cas, et on avait un groupe très soudé avec Yannis Nadir, Mounir Khalil ou même parfois Boris Orlhac avec qui on se motivait pour partir rouler avec les lumières jusqu'à 21 heures et parfois plus.

Question habituelle: quel est ton meilleur souvenir de vélo ?
C'est une question très difficile car après presque 24 ans de vélo, il y en a énormément. J'ai eu la chance de participer à des courses magnifiques comme le Tour du Maroc, les 24 heures du Mans, les courses sur les pavés belges, ou Paris Tours espoirs, ces événements restent inoubliables. Et puis du côté de mes victoires il y a ces doublés et triplés avec les amis du club ou même le doublé avec mon frère à Aubiere qui sont des moments magiques. J'adore ces moments de partage que l'on peut avoir dans une équipe lorsque l'on gagne collectivement. Mais si je devais en choisir une je crois que je choisirais ma première victoire au grand prix de la Saint-Loup à Aubiere en 2007 car personne ne me voyait m'imposer sur cette course, une belle surprise même pour moi. En tout cas, je profite de cet interview pour remercier tous ceux sans qui cette saison n'aurait pas été là même pour moi, nos encadrants, nos sponsors et bien sûr notre équipe de coureurs
 

Question à ... Julien Congnard

L'édition 2016 du Triangle Sud Berry est terminée et le vainqueur est Julien Congnard. Le jeune coureur de Durtal Vélo Sport (Maine-et-Loire) a construit sa victoire dans les derniers kilomètres de la toute dernière épreuve. Une performance que le jeune cycliste commente pour MGVELO. Explications.

"Tout d'abord, je dirais que c'est tout à fait inattendu. Je n'ai pas voulu y croire quand on me l'a annoncé. Je me suis battu jusqu'au bout lors la dernière épreuve à Bonneuil tout en étant un peu plus rusé que les autres jours. En effet, j'ai laissé les deux plus grosses formations se livrer un beau match entre elles pour le gain de la victoire finale de leur coureur respectif.
UN PEU DE TEMPS
Avec l'aide de copains du club et de mon cousin qui m'ont bien aidé durant ces derniers jours, je suis resté dans la roue du leader, Léo Fortin. Et ensuite, j'ai fait la montée finale à fond, ce qui m'a permis de grapiller quelques points précieux pour le classement général et de récuperer le maillot de leader. Je ne réalise pas encore ce que je viens de réaliser, il va me falloir un peu de temps je pense !". 

Photo Sylvie Marion Ferrandon
 

Question à ... Julien Préau

Petite question à Julien Préau aujourd'hui mais pas pour parler vélo ! Le coureur du Team Pro Immo Nicolas Roux nous parle de sa passion pour le film. Une passion si forte qu'il a décidé de la vivre à fond en se lançant dans la création de montages vidéos. Explications de l'intéressé.
 
"Depuis tout jeune, j’aime filmer mes vacances, mes amis, pour réaliser ensuite des petits montages vidéos qui permettent de garder des souvenirs audiovisuels et qui sont plus originaux que la photographie. C’est alors que j’ai décidé de m’équiper matériellement (drone amateur, caméscope, appareil photo, logiciel de montage informatique professionnel, gopro).
CARTE DE VISITE
Une vidéo promotionnelle est une excellente carte de visite et permet de rendre encore plus vivant vos projets ! Les réseaux sociaux permettent d’accroitre considérablement la portée et la visibilité des informations que l’on peut transmettre à travers la vidéo. Je propose donc mes services pour différents organismes tels que: évènements sportifs, équipes sportives, personnalités, évènements culturels, clips musicaux, entreprises, lancement de produits, villes, mariages, etc ... J’ai aussi lancé ma page facebook «Dude», ma page Instagram «dude_production » pour faire partager mes différents travaux".
 

Questions à ... Roxane Fournier

Micro aux dames aujourd'hui sur MGVELO pour la rubrique "Questions à". L'invitée du jour est Roxane Fournier. La jeune sociétaire du Paris Athlétic Club 95 et de l'équipe professionnelle Poitou Charentes Futuroscope 86 vient tout récemment de s'imposer à deux reprises sur la Route de France féminine. Le contrat est largement rempli et le bilan de sa saison est déjà très bon. Mais la championne a d'autres objectifs en ligne de mire pour les prochaines semaines et notamment, du moins elle l'espère, le championnat du monde au Qatar. "C'est un circuit pour sprinteurs" nous confie t-elle. Roxane Fournier nous dit comment elle est venue au vélo et nous parle, tradition de la rubrique oblige, de souvenirs. Explications de l'intéressée.


Deux victoires d'étape sur la Route de France, le contrat est largement rempli ?
C'est vrai que ça a été une superbe Route de France. Je venais pour une victoire d'étape, au final j'en ai deux. Le contrat est plus que rempli. En plus de ça, il y a eu d'autres podiums pour l'équipe, un bon classement général, une deuxième place par équipes. C'était une superbe semaine du début à la fin !

Quel est ton bilan aux deux tiers de la saison ?
Mon bilan aux deux tiers de la saison est très bon. J'ai trois victoires et de nombreuses places d'honneur. Je sens que physiquement j'ai passé un cap, mais également mentalement où je me mets moins de barrière qu'auparavant. J'espère progresser et faire encore mieux dans les années à venir.

Quel est ton prochain objectif pour cette saison ?
Mon prochain objectif est le 11 septembre avec la Madrid Challenge by la Vuelta dans le même style que la Course by le Tour, puis je l'espère le championnat du monde sur route au Qatar sur un circuit promis pour les sprinteurs.

Comment es-tu venue au vélo ?
Je suis venue au vélo grâce à mon grand frère qui le pratiquait depuis quelque temps.

Question habituelle: Quel est ton meilleur souvenir de vélo ?
J'en ai plusieurs, mes années juniors sont de très bons souvenirs mais également toutes mes victoires acquises depuis que je suis chez les élites.

Photo JM HECQUET
 

Questions à ... Alexis Guérin

Alexis Guérin est avec MGVELO pour un nouveau numéro de "Questions à ...". Le sociétaire de Blagnac a été très en vue jeudi sur le Tour de la Creuse. Une épreuve qu'il a découverte et qui aurait pu lui sourire. "Un joli parcours à la portée de tous" nous dit-il. Alexis Guérin va faire la fin de saison à fond, pour lui et pour son équipe. Il revient en quelques lignes, même si c'est compliqué, sur son passage à la FDJ et au sein de la réserve d'Etixx. Une période mise à profit pour parfaire son apprentissage du vélo. Et il nous parle d'un souvenir de vélo "magnifique et émouvant" ! Explications de l'intéressé.



Très en vue sur le Tour de la Creuse, qu'est-ce qui t'a manqué pour aller chercher la victoire ?
Il ne m'a pas manqué grand chose, sûrement un peu de fraîcheur. Je suis un peu déçu mais la saison n'est pas finie, il reste de beaux rendez-vous encore !

Le 29e Tour de la Creuse a été de toute beauté. Qu'en penses-tu ?
C'est la première fois que je participe à cette épreuve et j'ai trouvé que c'était une belle épreuve avec un joli parcours à la portée de tous, ni trop dur ni trop facile. C'est un parcours pour une course de mouvement, où tout peut arriver.

Quels sont tes prochains objectifs ?
Pour cette fin de saison, comme pendant l'ensemble de la saison, je vais courir pour que l'équipe gagne à chaque rendez-vous, que ce soit un coéquipier ou moi.

Seras-tu sur les manches du Boischaut-Marche ?
C'est une épreuve que j'ai déjà eu l'occasion de faire, c'est un joli challenge mais malheureusement ces manches ne sont pas inscrites au calendrier de l'équipe.

Peux-tu revenir en quelques lignes sur ton passage à l'échelon supérieur, à la FDJ et au sein de la réserve d'Etixx ?
En quelques lignes, c'est compliqué ! J'ai passé beaucoup de bons moments et j'ai beaucoup appris durant ces deux ans et demi. Cela m'a permis de parfaire mon apprentissage du vélo. J'ai beaucoup mûri durant ces années, maintennat j'ai évolué. Je ne cours plus seulement pour être avec les copains devant mais avant tout pour gagner.

Question habituelle: quel est ton meilleur souvenir de vélo ?
Je n'ai pas un meilleur souvenir mais des souvenirs plutôt, le vélo nous fait vivre tellement de belles choses. Dernièrement, j'ai vu ma fiancée pleurer de joie lors de ma victoire au Pays de Savoie. C'était magnifique et émouvant. C'est ce que je veux voir tous les week-ends !
 

Questions à ... Florian Dujardin

MGVELO donne la parole aujourd'hui à Florian Dujardin. Le sociétaire de Creuse Oxygène est en bonne forme en ce moment, comme chaque année à pareille époque. Son mois d'août, c'est vélo à fond puisqu'il est en vacances. Un vélo dans lequel il trempe depuis toujours. "Une vieille histoire de famille" nous dit-il. Pas facile de concilier boulot et courses en élite mais ça va pas trop mal pour lui. Pas d'objectifs précis si ce n'est gagner avant la fin de la saison pour Florian Dujardin qui a longuement hésité avant de livrer son meilleur de souvenir de vélo, tant il y en a de bons dans sa tête déjà. Explications de l'intéressé.


La forme est là en ce moment ?
En effet, la forme est bonne. Je dirais même que je suis un des premiers surpris même si je me doutais bien que je serai en forme à cette période mais pas au point de si bien marcher. Je vais bien au mois d'août chaque année car je suis en vacances. Je n'ai plus à me lever à six heures du matin pour aller sur les chantiers, je suis plombier-chauffagiste. Certains prennent des vacances pour aller faire bronzette à la mer, moi je prends des vacances pour faire un mois de vélo à 200 % (rires)

Aux deux tiers de la saison, quel est ton bilan ?
Mon bilan est plutôt bon. Je peux dire que c'est ma première saison en élite car l'an dernier, j'avais été arrêté deux mois et demi en raison d'une fracture du scaphoïde. J'ai passé un cap cette année, grâce à la fois à mon entraîneur Christophe Gouyon et à mon directeur sportif Yoann David qui m'a donné des responsabilités et surtout qui m'a fait confiance sur des courses qui me convenaient. Ce qui m'a permis de me surpasser. J'ai participé à des courses à étapes importantes en élite comme le Tour de la Côte d'Or par exemple, une course qui physiquement m'a fait du bien. Maintenant, il me manque un vrai bon résultat qui pourra faire parler de moi.

Quels sont tes prochains objectifs ?
Je n'ai pas vraiment d'objectifs précis, je prends les courses comme elles viennent. Je ne suis plus un gars qui dit telle course sera un objectif car je me suis toujours mis trop de pression pour finalement rater. Il y a bien quand même des courses où j'aimerais briller, c'est sûr. Nous avons encore de très belles épreuves au programme avec l'équipe, j'ai donc la possibilité de faire un résultat. Disons que l'objectif, c'est d'arriver à lever les bras avant la fin de la saison.

Participeras-tu au Challenge Boischaut-Marche ?
Je participerai à un maximum d'épreuves surtout que le challenge est désormais classé en élite. Je ne pourrais certainement pas toutes les faire car certaines sont en semaine et ce n'est pas évident quand on travaille.

Comment es-tu au vélo ?
Le vélo, c'est une vieille histoire de famille. Depuis mon plus jeune âge, je suis dans le vélo avec mon  père, donc c'était une évidence pour moi d'en faire. Quand on est gamin, on veut tout faire comme son père (rires)

Question habituelle: quel est ton meilleur souvenir de vélo ?
Des souvenirs de vélo, j'en ai tellement avec mon pote "le bret" que je sais même pas quel est le meilleur ... peut-être la première fois que j'ai levé les bras, j'étais en benjamin deuxième année, j'ai battu au sprint Bryan Alaphilippe qui aujourd'hui est dans le peloton professionnel !

Photo: Florian Dujardin
 

Questions à ... Manuel Amand

 
Un nouveau numéro de "Questions à ..." et MGVELO s'adresse aujourd'hui à Manuel Amand. Le sociétaire du Cycle Poitevin a été très en vue hier à Grand Bourg où il a figuré dans l'échappée finale aux cotés de Mickaël Larpe, Boris Orlhac et Maxime Médérel ! Encore un cycliste qui a commencé par un sport collectif avant de venir au vélo sur la trace de son père. La Coupe de France DN3 à Heugnes et le rendez-vous national à Civaux sont dans son collimateur. Mais aussi les manches du Challenge Boischaut-Marche. Manuel Amand a beaucoup à apprendre et sa marge de progression est grande. Il peut nourrir de réels espoirs pour la suite de sa carrière. En attendant d'accumuler les bouquets, il nous parle de son meilleur souvenir de cycliste. Explications de l'intéressé !
 
 
 
Quatrième à Grand Bourg, c'est une belle performance ?
C'est satisfaisant au vu des coureurs qu'il y avait au départ. Je suis un peu déçu de ne pas monter sur le podium, mais les trois autres coureurs de l'échappée étaient très forts. Depuis quelques semaines, je suis en forme et j'arrive à faire la course. Maintenant, j'ai encore beaucoup à apprendre pour réussir à gagner. Entre être dans les échappées et gagner, il y a un monde !
 
Quels sont tes prochains objectifs ?
Mes deux prochains objectifs sont la manche de Coupe de France des clubs de DN3 à Heugnes (36) le 14 août et les championnats de France espoirs qui ont lieu à Civaux (86). Même si j'aurais sûrement un rôle d'équiper au championnat.
 
Participeras-tu au Challenge Boischaut-Marche ?
J'ai effectivement entendu parler de ce challenge. J'essaierais d'aller participer à un maximum de courses. Elles sont souvent prisées en fin d'année car passé fin septembre il n'y a plus grand chose.
 
Comment es-tu venu au vélo ?
Je faisais tout d'abord du rugby. Pendant huit ans. Puis, je me suis mis au vélo, mon père en faisait. Regarder les courses, le Tour de France, ça m'a donné envie. J'ai dû faire un choix entre vélo et rugby et j'ai choisi le vélo.
 
Tu es plutôt rouleur, sprinteur, grimpeur ou passe-partout ?
Je ne suis pas sprinteur, il est vrai que j'ai réussi à être deux fois champion régional contre la montre mais je ne me qualifierai pas de rouleur. Je suis plutôt grimpeur, et surtout je suis capable de me faire mal. D'ailleurs, c'est aussi pour ça que je fais ce sport.
 
Question habituelle: quel est ton meilleur souvenir de vélo ?
Mon meilleur souvenir reste ma victoire, en troisième catégorie certes, mais avec mon coéquipier Louis Lapierre. Nous sommes arrivés main dans la main et il m a laissé gagner. C'est aussi ça le vélo. C'était très plaisant. Malheureusement, ça n'a pas encore pu se reproduire !
 
Photo MGVELO
 

Question à ... Damien Chevallard

Ce jeudi, MGVELO tend son micro à Damien Chevallard. Le sociétaire de l'Atlhétic Club de Boulogne-Billancourt revient sur sa soirée d'hier et plus particulièrement sur sa victoire à Nevers, au Souvenir Jean-Luc Vernisse. Explications de l'intéressé, porteur du maillot de l'illustre ACBB:  

 
"Le départ a été rapide et au bout d'un kilomètre, on se retrouve à treize devant. Les relais passaient bien et le rythme était soutenu. Je pense que la présence d'équipiers pour certains coureurs a facilité notre avancée. Dans le final, après avoir mis un tour au peloton, les attaques s'enchaînaient .

AUX 300 METRES
A six tours de l'arrivée, trois coureurs sont sortis et je reviens seul deux tours après, juste avant le retour d'Antony Thevenot. Ayant fait deuxième en 2014, et vu qu'on arrivait à cinq au sprint, je n'ai pas voulu refaire la même erreur. Du coup, j'ai lancé le sprint aux 300 mètres et cela m'a permis de faire la différence au démarrage, et ainsi gérer jusqu'à la ligne. L'échappee du départ fut donc la bonne ! ".
 

Question à ... Victor Tournerioux

Le traditionnel "Question à ..." de MGVELO s'adresse aujourd'hui à Victor Tournieroux. Le coureur du Chambéry Cyclisme Formation a trouvé l'ouverture hier au prix d'Availles Limouzine dans le Poitou-Charentes. Aux avant-postes mardi à Cours-la-Ville déjà, Victor Tournieroux a attendu d'être proche de chez lui pour aller chercher un bouquet tant attendu. Explications de l'intéressé contacté hier soir.
 
"Je suis vraiment content d'avoir gagné aujourd'hui, c'est ma première victoire en élite, et ma première de la saison. Je me sentais bien aujourd'hui, j'étais dans le bon coup, nous étions trois coureurs du CCF dans l'échappée.
A LA FLAMME ROUGE
Il y avait des gars vraiment costauds avec nous, et à 20 km de l'arrivée environ j'ai attaqué. Enzo Boisset est revenu sur moi, nous avons collaboré jusque dans le dernier tour, pendant ce temps mes coéquipiers ont vraiment fait un boulot formidable pour empêcher le contre de rentrer sur nous, je tiens à les remercier. Et à la flamme rouge,  j'ai attaqué Enzo, et j'ai réussi à m'imposer ! Je suis vraiment content car en plus c'est une course vraiment proche de chez moi, ça me fait plaisir"
 

Question à ... Clément Didier

Sur le site MGVELO, honneur aux coureurs juniors donc avec un question à ... Clément Didier cette fois-ci. Vainqueur du chrono matinal et battu pour une toute petite seconde hier à la Vallée de la Trambouze, le sociétaire du VS Romanais Péageois revient sur sa course. Explications de l'intéressé: 

OBJECTIF CHRONO
"Pour commencer, le chrono était mon gros objectif de la journée, en vue des championnats de France et l'objectif est atteint, avec un temps au-delà de mes espérances. L'après-midi, je partais sans aucune pression vu que je venais surtout pour le chrono, mais je me devais quand même de défendre le maillot de leader. Malheureusement face aux "armadas" de Dijon et de Marseille, c'était assez compliqué à manoeuvrer. Quand l'échappée a pris 2 minutes, on s'est décidé avec Maxime Jarnet de rouler ensemble pour réduire l'écart. On a été aidé par quelques coureurs du Rhône-Alpes et j'ai vraiment apprécié ça. Mais quand Quentin Grolleau a attaqué dans le dernier tour, je n'ai pas pu y aller. Je pensais qu'on limiterait l'écart avec le peloton mais il a fait un gros dernier tour ! Je m'entends bien avec Quentin donc même si la déception était grande sur le coup, je m'en suis vite remis".
 

Question à ... Quentin Grolleau

Vainqueur hier après-midi de l'étape en ligne et du classement général de la vallée de la Trambouze, Quentin Grolleau est aujourd'hui au micro de MGVELO. Le sociétaire du VC La Pomme Marseille revient sur son dimanche victorieux:

"Un grand plaisir de renouer avec le succès, surtout sur une si belle course. Cela n'a pas été facile, notamment à cause du contre la montre le matin où j'ai du bien batailler pour perdre le moins de temps possible sur un circuit difficile ou j'ai quand même pris beaucoup de plaisir.
POUR UNE SECONDE !
Sur l'étape de l'après-midi, j'ai pu bénéficier d'un gros travail de mon équipe, deux coureurs étaient dans l'échappée ce qui m'a permis de bien m'économiser durant toute la course a l'arrière du peloton. Une fois dans le dernier tour, lors de la dernière ascension, un coéquipier a bien étiré le peloton puis j'ai réussi à sortir en costaud a 2 kilomètres du sommet. Après, j'ai tout de suite pensé à la victoire d'étape car l'écart ne dépassait pas les 23" , puis lorsqu'on m'a annoncé 38" j'ai commencé à y croire alors j'ai tout donné jusqu'à la ligne et au final ça se joue pour une seule petite seconde".
 

Question à ... Clément carisey

MGVELO a tendu son micro à Clément Carisey, tout récent vainqueur du Tour du Nivernais Morvan. Le coureur du CR4C Roanne revient sur ces jours passés en jaune sur les routes nivernaises et morvandiaudes. Explications de l'intéressé: "C'est juste grandiose et beaucoup de plaisir, avec en prime cette victoire finale. Jouer le général était l'objectif mais prendre le maillot dès le 2eme jour n'était absolument pas calculé. Une fois sur le dos, nous nous devions de le défendre, nous savions que cela allait être très dur mais nous y avons cru jusqu'au bout.
UNE VICTOIRE COLLECTIVE
C'est vraiment formidable, toute l'équipe marchait très fort et sans eux rien n'aurait été possible. Ils méritent cette victoire, qui est collective plus que jamais, tout comme le staff mérite cette victoire. Toutes les conditions étaient réunies pour faire de belles choses. Arriver au terme de cette édition avec le maillot de leader toujours au sein de l'équipe nous rend tous fier et récompense tout le travail abattu par les copains".

Photo Laurine Philippe
 

Question à ... Loïc Perrier

Ce mardi, MGVELO s'intéresse à Loïc Perrier qui a été éloigné des pelotons durant plusieurs semaines. Le sociétaire du Team Pro Immo Nicolas Roux était ce dimanche à Brioude pour une reprise qui, finalement, s'est plutôt bien passée.
Il espère désormais faire des résultats pour ne gâcher le bon travail qu'il avait fait l'hiver dernier. Explications de l'intéressé: "Suite à une fracture de la clavicule le 2 avril sur le critérium de Saint-Amand-Montrond, j’ai repris la compétition ce 12 juin à Brioude soit dix semaines sans courir et en s’entrainant modérément. J’avais de l’appréhension pour mon retour dans le peloton car c’est encore douloureux et la chute est encore dans mon esprit. Brioude ne me paraissait pas comme la meilleure course pour une reprise (critérium en ville avec une partie du circuit "chaotique") mais je voulais remettre un dossard.
FAIRE DES RESULTATS
J'y suis allé en pensant rapidement être à l’agonie mais finalement j’ai pu jouer un peu, faire quelques échappées et aider un petit peu mes coéquipiers du Team. Par contre, à la fin le manque de rythme et les gros braquets utilisés m’ont bien fait sentir qu’il n’y avait pas de secret: il faut courir ! J’espère pouvoir aider mon équipe et faire quelques résultats cet été. J’avais effectué un bon hiver, je ne voudrais pas le gâcher".
 
Photo Sarah GUILLAUMIN
 

Question à ... Louis Pijourlet du CR4C Roanne

Troisième du championnat Auvergne Rhône Alpes, Louis Pijourlet a répondu à MGVELO et revient sur sa journée de dimanche à Cusset. Le coureur du CR4C Roanne nous commente sa course. Explications:
"Je suis content de ma course parce que je sortais d'un stage sur piste d'une semaine éprouvant en équipe de France et je ne savais pas comment j'allais récupérer, nerveusement surtout d'autant que le voyage retour (de Paris) a été long à cause des grèves et des eaux. Physiquement, je ne savais pas comment j'allais réagir sur la distance puisque je n'avais pas fait de foncier de la semaine. Du coup, je m'étais dit que j'allais faire ma course sans réfléchir aux efforts et voir combien de temps j'allais tenir. Et j'ai bien tenu ! Tactiquement, c'était compliqué avec les courses d'équipes. Je ne suis sorti qu'avec des favoris dont Sébastien Fournet-Fayard avec qui je rentre sur l'échappée. J'essayais de bien réfléchir avec qui je sortais et quelles équipes étaient là ou pas. Dans les derniers tours, je me suis très bien entendu avec Rémy Rochas sans qui je ne ressors pas pour revenir sur Yolan Sylvestre et Loïc Ruffaut. Dans le dernier tour, on a essayé de s'entendre avec Loïc Ruffaut mais Sébastien Fournet-Fayard n'avait pas fait d'effort depuis longtemps donc il ne fallait pas lui laisser de champ.
UN SPRINT A QUATRE
Mais avec deux du Team Pro Immo qui couraient au millimètre pour ne pas perdre, c'était vraiment dur de gagner. Il aurait fallu qu'on arrive à quatre pour que je puisse gagner. Mon erreur a été de ne pas tout faire pour arriver comme ça. Sinon collectivement avec le CR4C on a été fort et présent. J'étais le seul de l'équipe à ne pas avoir couru hier (dimanche) donc j'ai profité de ce travail collectif pour aller chercher un résultat".

Photo Sarah GUILLAUMIN
 

Question à ... Florian Martin

Vainqueur hier du prix de la Rosière à Montferrand, le Montluçonnais Florian Martin réagit sur sa performance à la demande de MGVELO. Le coureur du VSM se découvre ainsi de grandes aptitudes sous une météo capricieuse. Explications de l'intéressé: "Je suis heureux de lever enfin les bras. Après une troisième place à Villefranche d'Allier au début du mois de mai et ensuite une septième place à Préveranges dans le Cher le samedi de la Pentecôte, toutes les deux acquises dans les mêmes conditions météorologiques que ce dimanche (pluie et froid), je me surprends moi-même d'être à l'aise dans de telles situations car les années précédentes, le soleil me convenait mieux".
 
Photo Florianne Verne
 

Question à ... Pierre Almeida

Bien en vue ces dernières semaines au sein du peloton élite, Pierre Almeida fait pour MGVELO l'analyse de son début de saison. Le coureur auvergnat se montre satisfait de ses prestations et de sa découverte du tout haut niveau amateur. Explications: " Mon début de saison avec le Team Pro Immo Nicolas Roux se passe plutôt bien pour moi. D'un point de vue personnel, j'ai réussi à prendre plusieurs échappées au long court sur de belles courses. Passer une journée à l'avant, c'est vraiment sympa. Le reste du temps, j'ai essayé d'aider au maximum les leaders de l'équipe et je me suis affirmé dans ce rôle. Et puis cette année, j'ai découvert la Coupe de France des clubs de Division Nationale 1. Même si les parcours ne m'ont pas été forcément favorables, j'ai quand même pris du plaisir sur ces épreuves."
 

Question à Sébastien Fournet-Fayard

Vainqueur de l'Atria Tour à Charade ce jeudi de l'Ascension, Sébastien Fournet-Fayard du Team Pro Immo Nicolas Roux a répondu à MGVELO: "Dommage que l'on était peu nombreux mais une victoire reste une victoire. Même si j'aurais aimé que cela soit aussi Pierre (Bonnet) qui gagne, mais cela va vite arriver pour lui aussi j'en doute pas. Maintenant, il faut que cette course se développe et devienne encore mieux l'an prochain, un parcours sécurisant. Difficile comme je l'ai entendu, mais sur 80 kilomètres, ça passe très bien !"

Photo Sarah Guillaumin
 

Questions à ... Christophe Laborie

MGVELO  donne la parole aujourd'hui à Christophe Laborie. Le cycliste auvergnat qui s'est installé en Bretagne a rejoint la formation Delko Marseille Provence KTM à l'intersaison. Désormais bien intégré dans sa nouvelle équipe, il va poursuivre sa carrière chez les professionnels avec un nouveau statut et des ambitions bien ciblées. Christophe Laborie nous parle aussi de son programme de début de saison et nous donne une liste de courses sur lesquelles il aimerait plus particulièrement se mettre en évidence. Explications de l'intéressé.


Avec ta nouvelle équipe, tu vas pouvoir relancer ta carrière ?
Relancer ma carrière non mais la continuer oui avec toujours les mêmes objectifs de lever les bras et de prendre du plaisir dans une équipe ou j'ai un rôle de coureur expérimenté et plus de libertés.
 
Comment se passe ton intégration ?
L'intégration s'est bien passée. Les Marseillais sont très accueillants, j'ai intégré une équipe jeune et l'on ne me regarde plus comme auparavant comme le néo-pro qui connait pas grand chose mais comme un coureur d'expérience sur qui on compte pour pousser l'équipe vers le haut. Delko Marseille Provence KTM est une équipe en pleine croissance avec une grosse envie de progresser, cela me plait.
 
Quel est ton programme de début de saison ?
J'ai fait le Grand Prix de la Marseillaise, la Méditérannéenne et le Tour du Haut Var. Je serai prochainement sur "Le Sud Ardeche et la Drôme", le Grand Prix Samyn, Paris-Troyes, Nokéré et Cholet.
 
As-tu coché plus particulièrement certaines courses au titre de tes objectifs pour 2016 ?
Oui je veux être très performant sur les manches de Coupe de France PMU qui auront lieu dans l'Ouest. Cette saison, la Coupe de France restera mon fil conducteur. En second, je mets le Tour du Limousin et Les Quatre Jours de Dunkerque.
 
Photo Christophe Laborie
 

Questions à ... Maxime Le Lavandier

MGVELO poursuit sur sa lancée avec un nouveau numéro de "Questions à ..". C'est au tour de Maxime Le Lavandier, un coureur breton qui a rejoint le Team Pro Immo Nicolas Roux pour la saison 2016. Il connaissait la formation auvergnate et maintenant, il la découvre. Pas déçu, au contraire, et même prêt à vivre une belle aventure au sein de la formation de division nationale 1. Maxime Le Lavandier s'intègre bien. Il nous parle de l'éloignement avec son frère jumeau Mathieu qu'il retrouvera cependant au moins dans les pelotons. Mais aussi de son état de forme du moment et des ses objectifs auvergnats et nationaux. Explications de l'intéressé.


Pourquoi as-tu opté pour le Team Pro Immo Nicolas Roux ?
J'ai opté pour le Team Pro Immo Nicolas Roux car l'ambiance et l'esprit collectif que l'équipe dégageait vu de l'extérieur était très positive et il s'avère que cela se vérifie vu de l'intérieur. De plus, le programme de courses proposé me plaisait. Et tout est mis à la disposition des coureurs pour réussir grâce à l'implication de Monsieur Nicolas Roux. 

Comment se passe ton intégration au sein de la formation auvergnate ?
Mon intégration dans l'équipe se passe pour le mieux. Tout le monde habite dans un rayon assez proche et cela nous permet de tisser des liens plus rapidement. C'est un réel atout.

Ton frère jumeau n'est pas à tes cotés cette année, est-ce un handicap ?
Cette année, mon frère n'est pas à mes côtés. Nous avons pris deux chemins différents. Bien sûr, cela me manquera de ne plus le voir autant mais plus en dehors des courses. Pendant les courses, je pourrai compter sur d'excellents coéquipiers pour m'aider. Mathieu, je le verrai en course et si l'occasion nous en est donnée, nous pourrons quand même compter l'un sur l'autre.

Quel est ton état de forme en ce début de saison ?
Actuellement, mon niveau de forme est correct mais sans plus, la saison est longue et je ne m'affole pas, je me présente à chaque course pour gagner ou aider un de mes coéquipiers à le faire mais la grande forme, je la garde pour plus tard. Mon niveau doit quand même me permettre de prétendre à de bons résultats même en dehors de mes pics de formes.

Quels sont tes objectifs pour les mois à venir et surtout sur les routes auvergnates ?
Mon objectif est de briller sur l'ensemble de l'année, d'aider l'équipe à rester aussi performante que l'an dernier ou mieux, cela passe par gagner des courses ou aider mes amis de l'équipe à le faire. Je veux de la régularité. Les courses auvergnates sont importantes tout comme les championnats de France donc j'essaierai d'y briller.

Photo Sarah GUILLAUMIN
 

Questions à ... Florian vachon

MGVELO relance sa traditionnelle rubrique "Questions à ..." et commence sa saison 2016 par le cycliste professionnel montluçonnais Florian Vachon. Sous les nouvelles couleurs de son équipe Fortunéo Vital Concept, il vient de réaliser une belle prestation à La Méditérranéenne où sa régularité aux avants-postes lui a permis de se classer sixième au classement général. Ce week-end, il est sur le Tour du Haut Var et le suivant, il fera l'ouverture de la saison en Belgique là où l'attendent ensuite de grands rendez-vous. Sera t-il à Paris Nice ? En tout cas, tous ses supporters et plus particulièrement les Montluçonnais aimeraient bien le voir lever les bras à Commentry ! Mais le principal, c'est que Florian Vachon rencontre le plus de succès possibles en 2016. Explications de l'intéressé qui nous dit aussi que son actualité peut être suivie au jour le jour sur son blog.


 
Des bonnes prestations en tout debut de saison, cela doit être rassurant ?
Oui, je suis content des sensations en ce tout début de saison et de ces premiers résultats. C'est très encourageant pour la suite et cela me met en confiance avant la préparation d'objectifs.
 
Être en forme d'entrée de jeu, était-ce prévu ?
Je ne suis pas habituellement un coureur de début de saison mais avec l'expérience et le volume des années précédentes, surtout avec le Tour, je gère mieux mon hiver et j'arrive plus rapidement à un bon niveau. Mais il faut encore peaufiner l'entraînement pour pouvoir atteindre des pics de forme. Ma période de forme se trouve plus vers la fin mars et avril.
 
Quelle est la suite de ton programme ?
Je suis ce week-end sur le Tour du Haut Var et le suivant, je fais l'ouverture de la saison en Belgique.
 
On espère que tu seras sur Paris Nice et on attend ta victoire à Commentry ?
Je ne sais pas encore si je serais au départ de Paris Nice. La sélection n'est pas encore faite et mon programme prévisionnel était plus axé sur les classiques en Belgique. En plus, ce sera certainement la dernière occasion pour que les sprinteurs puissent s'exprimer sur un Paris Nice très montagneux ... mais si je suis présent, je donnerais mon maximum.
 
Photo: Blog Florian Vachon
 

Questions à ...

La traditionnelle rubrique "Questions à ...' de MGVELO va reprendre sa route avec, tout prochainement, un premier reportage !
 
Map